agriculteur_raisonné agriculture

PORTRAIT D’UN AGRICULTEUR RAISONNÉ

Co-gérant d’une exploitation de pommes de terre avec ses deux fils, l’ancien commercial expose les bienfaits des circuits courts.

« Moi qui était chez 3M, qui roulait en Mercedes, je suis tombé de haut», raconte Louis-Paul Lhotellerie dans la cuisine de son fils. De nature chaleureuse, l’agriculteur décrit son parcours : fils d’agriculteurs, il débute sa carrière en tant que commercial dans la société multinationale « 3M ». Il décide de tout quitter 25 ans plus tard pour retourner à sa passion de toujours : l’agriculture.

Aujourd’hui, co-gérant d’une société typiquement agricole, il s’occupe d’une exploitation de pommes de terre à Bermerain dans le Nord-Pas-de-Calais. Louis-Paul sait très bien analyser le marché agricole et donner sur un ton affirmé le principal problème : « les valeurs ajoutées ». Du producteur au consommateur, on compte deux intermédiaires principaux : l’industriel et le distributeur. L’ajout d’intermédiaires entre le producteur et le consommateur apporte des frais en plus pour l’un et pour l’autre.

D’où l’intérêt pour Louis-Paul Lhotellerie de supprimer cette menace en distribuant directement son offre. L’ancien commercial a d’ailleurs une stratégie économique bien précise qu’il donne avec fierté : « Ma production est découpée en trois parts : une pour les industries, une autre pour la distribution directe et une troisième qui reste libre et qui dépend du marché agricole. »

Son idéal : « ne dépendre que de la distribution directe, qui est un réel moteur économique. » Or, pour l’instant c’est impossible. Cet agriculteur raisonné doit continuer de dépendre des industries. « Je suis obligé malgré tout de me développer ».

Pour implanter leur marque et leur reconnaissance localement, l’exploitation a passé un contrat avec O’Tera. Le but de ce magasin : proposer aux consommateurs des produits locaux et de qualité : « O’Tera fait bouger les lignes plus qu’un syndicat. Il a une éthique et quelque part c’est militant ». L’enseigne met en lien direct les producteurs avec les consommateurs ce qui apporte une juste rémunération  pour les agriculteurs.

« Si je n’avais pas passé de partenariat avec O’Tera, j’aurais dû licencier ». La valeur finale des pommes de terre est donc augmentée, ce qui leur permet de s’enrichir et de trouver de plus en plus de partenaires locaux. « On veut développer et conserver notre patrimoine dans les bonnes qualités, mais pour ça, je veux valoriser mes produits. Si on le fait pas, c’est comme si Peugeot vendait ses voitures au prix des Dacia ».

Agriculteur raisonné, Louis-Paul se rend bien compte que la vente directe va au delà d’un aspect économique « ça donne de la vie, y’a du lien qui se crée, y’a des gens qui viennent le samedi au marché pour discuter. C’est pour ça que c’est vertueux, ça remet de la richesse là où il y a du travail ». Tous les samedi il continue de vendre ses pommes de terre au marché : « moi mon deuxième contrat c’est mes clients »

La vente directe redonne espoir à cet agriculteur pour qui l’esprit de départ est d’être développeur économique : de travailler en famille, de façon traditionnelle, tout en respectant l’environnement. 

Aline Deprez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *